La première journée vraiment grise de notre périple en pays de l'Aven va nous permettre de visiter Konk Kerne, Concarneau.

La visite proposée, Concarneau dans tous ses états, mêle agréablement la situation et la topologie de Concarneau, son histoire et le pourquoi de la ville close, l''architecture, l'économie passée et actuelle.

Diapositive3   Diapositive1   Diapositive2

La ville close s'est développée pour permettre une transition plus rapide des marchandises du sud vers le nord de la Bretagne, sans obliger à un détour important au dessus de la rivière Moros. Le bac est né ainsi, et avec lui, des Pont-Levis, des remparts... et beaucoup de taxes...

Actuellement huitième port de pêche français (notamment pour la sardine, la langoustine et la lotte), Concarneau a toujours vécu de la mer... Les hommes pêchaient la sardine avec leur fameux filets bleus qu'elles ne sont sensées voir. Leurs épouses, les Penn Sardines, salaient, préservaient, conservaient...jusqu'à l'avénement des conserveries plus automatisées, que l'on peut encore visiter de nos jours.

Diapositive1   Diapositive2   Diapositive3

Diapositive4   Diapositive5   Diapositive6

En 1905, la sardine manque à l'appel, c'est le début d'une misère importante pour beaucoup de familles concarnoises. Le festival des filets bleus, oeuvre de charité permettant de récolter des fonds pour ces familles en difficulté, est alors créé et leur permet de subsister jusqu'au retour des sardines à foison. Le festival existe toujours, bien qu'ayant pris une tournure plus folklorique, et débute aujourd'hui.

af_filets_bleus

Enfin, nous avons aussi été surpris par le développement du port de plaisance, de même que l'activité de construction de thoniers (jusqu'à 100 m de long) et autres bâteaux de pêche.